Deuxième stage National Féminin

Du 16 au 19 novembre 2017, trois arbitres franciliennes ont participé aux deuxième stage National Féminin qui a eu lieu à Nantes.

Les arbitres ont pu travailler sur les thèmes suivants : le manque de confiance, la communication, la gestion de l’erreur et du conflit et sur la place de la femme arbitre.

Ce stage a été encadré par Carole DELAUNE DAVID, Morgane PETIT, Jérôme FOURNIER et Johann JEANNEAU.

Voici le petit résumé de Sandra MENASRI, Kero COLLIOT et Asnia KHELIL :

Sandra MENASRI :

« Superbe expérience. Rencontrer autant d’arbitres femmes en si peu de temps et pouvoir partager des situations que les mecs ne peuvent pas comprendre était enrichissant.

Personnellement nous trois n’étions pas venues à ce stage pour reprendre confiance en nous face aux hommes sur le terrain car sur ce point ça va mais vraiment pour l’expérience humaine et sur ce point on a été comblées à 100% car le cadre installé a été : transparence, intimité, à huis clos, no jugement. Et personnellement c’est finalement en ayant poussé cette intimité avec des inconnues qui me fera revenir encore plus forte sur le terrain.

Techniquement j’ai retenu quelques truc quand même que je mettrais en application ce week-end :

  • Réussir à capter une quelconque émotion à l’instant T afin de la résoudre immédiatement pour qu’elle se voit le moins possible (Cc Morgane PETIT)
  • Organisation de priorités lorsqu’une erreur doit être rectifiée (Cc Carole DELAUNE DAVID)
  • Sur une rencontre un binôme d’arbitres fédéraux fait en moyenne 21 erreurs. (Cc Johann JEANNEAU). Ca relativise de suite sur l’excellence qu’on souhaite apporter sur un match. 

Les cadres ont clairement joué sur le fait que nous sortons toutes de ce stage en étant un peu différentes et nous les avons remerciés comme il fallait car ils ont d’abord joué le jeu avant de nous demander de les suivre dans cette expérience de partage. 4 encadrants avec 4 personnalités complétement différentes ce qui nous a permis d’avoir de la marge pour se sentir à l’aise avec un ou plusieurs encadrants. Tout était parfaitement bien calé.

Un gros gros merci à la Fédération de nous avoir sélectionnées car le cadre était MAGNIFIQUE. On s’est sentie sur un piédestal pendant ces 3 jours et ca fait du bien de recevoir un peu quand on donne de notre personnes tous les week-ends depuis plusieurs saisons. Donc merci car en termes d’organisation et de luxe c’était parfait !!! »

 

Kero COLLIOT :

« Lors de ce stage, différents sujets et thèmes ont été abordés tels que la connaissance de soit et la gestion des émotions. Ce qui m’a permis d’en sortir plus grande et avec beaucoup d’énergie positive !

Découvrir également d’autres arbitres des quatre coins de la France a été très enrichissant et intéressant. Ce stage fut une belle expérience sur le plan humain, ce que je souhaite à toutes les arbitres de France quelque soit le niveau.

J’espère plus tard faire parti de ces ambassadrices et transmettre cette belle aventure à mes collègues arbitres au niveau régional ou départemental.

Et pour finir, je tiens particulièrement à remercier, la responsable du stage, Carole DELAUNE DAVID, formatrice de la FFBB, Johann Jeanneau (formateur FFBB et arbitre de Pro A), Jérôme Fournier (entraîneur national et entraîneur de l’Équipe de France A’ féminine),  Morgane Petit (commissaire FFBB et observatrice en Haut Niveau) pour ce beau stage. Sans oublier la Ligue IDF qui m’a orientée vers cette formation. »

 

Asnia KHELIL :

« Tout d’abord, je tenais à remercier la FFBB pour le bénéfice de ce stage et de l’accueil qui nous a été réservé. Ce fût un honneur d’avoir pu bénéficier de l’expertise inestimable de cadres FFBB, bienveillants à notre égard. En effet, contre toute attente, le contenu et le cadre fût surprenant et intense psychologiquement.

Je m’attendais à travailler sur des points d’amélioration plus centrés sur les techniques d’arbitrages mais la stratégie des ressources humaines, jeux de rôle, relaxation … pour se concentrer sur le développement et l’émancipation de soi m’a juste frappé en plein cœur.

Merci Jérôme Fournier, « j’existe », il ne s’agit plus du ON, il ne s’agit pas du regard des AUTRES mais bien de MOI, « le JE ».

Je tire de ce stage qu’il faut ETRE ACTEUR au même titre que les autres, et non se positionner en tant que femme Arbitre à l’égard d’un homme Arbitre.

Et oui, à compétence égale nous sommes Tous Arbitres munies des mêmes outils : « la Compétence et la connaissance de soit » qui sont les mots clés vers l’accomplissement de nos convictions. »

 

Sandra, Kéro et Asnia