Europ’Essonne, Le Chesnay Versailles et Paris Basket Avenir en tête de la Nationale III

Vingt-deux journées de compétition après le début de la saison, la troisième division nationale a rendu son verdict ce week-end. Retour en détails sur les sept derniers mois de championnat.

Nationale Masculine III : la CTC Europ’Essonne prend sa revanche

Promue au troisième échelon national lors de la saison 2017/2018, l’équipe fanion essonnienne des clubs de l’ES Massy, de l’US Bures-sur-Yvette et du BC Chilly-Mazarin ratait de très peu l’accession à la Nationale 2 l’année dernière. Cette saison, l’équipe « MCB » de Jérôme Robbé et Romain Chonaki n’aura pas failli en validant son ticket pour la division au-dessus avec la manière lors de la dernière journée face au Mée Melun Val de Seine (81-52). La CTC ponctue son exercice 2018/2019 par un bilan de 17 victoires pour 5 défaites, menée offensivement par le solide duo Camille Aurélien Baltaze (16,11 pts de moyenne) – Samba Goribe (15,11 pts de moyenne).

Pour les autres écuries franciliennes de la poule K, le bilan sera différent. Ozoir Val d’Europe (5ème) et Le Mée (7ème) s’offrent une saison correcte dans le cœur du classement et Marne-la-Vallée (9ème) échappe de peu à la relégation grâce à un point average favorable, contrairement au CS Noisy-le-Grand (11ème) .

Du côté de la poule I, même bilan qu’Europ’Essonne pour l’US Alfortville et Val de Seine, respectivement 2ème et 3ème du classement. Le Levallois SC réalise aussi une saison solide (14v-8d), finissant à la 5ème place du groupe. L’USO Bezons, jeune promu la saison dernière, se maintiendra la saison prochaine en finissant à la 9ème place. Malheureusement, le champion de Pré-Nationale Masculine, Malakoff (10ème) et le mythique club de l’ASA Sceaux (12ème) retrouveront les joutes régionales la saison prochaine.

Dans la poule J, situation beaucoup plus homogène entre les trois équipes engagées. Neuilly-sur-Marne, qui avait rejoint la Nationale 3 suite au désistement de l’Alerte Juvisy en juin dernier, réalise une première saison explosive (2ème place), mené par Edmond Steve MOUNDOU MISSI (21,45 pts de moyenne / 3ème meilleur marqueur de la division). Le club séquano-dyonisien est suivi de très près au classement par la VGA Saint-Maur (3ème) et la Saint-Charles de Charenton (4ème).

Même constat dans la poule H, où le cœur du classement a été des plus accrochés. La réserve du Rueil AC finit donc 5ème place tandis que Marly-le-Roi rate de peu son maintien dans la division.

Seul représentant d’Île-de-France au sein de la poule F, l’ESC Trappes Saint Quentin-en-Yvelines réalise aussi une grosse performance cette saison, en finissant à la 2ème place (15v -7d).

Nationale Féminine III : Copie parfaite pour PBA, l’ELCV de retour en NF2

22 victoires pour 0 zéro défaite en 22 matchs. Cette saison, les parisiennes de la CTC Paris Basket Avenir ont sur-dominé leur division en réalisant une performance rare au sein de la poule F. Elles accèdent donc logiquement aux play-offs et devant une telle performance, on peut s’attendre à les retrouver aux Finales de Championnat de France du 8 au 10 juin prochain à Eaubonne. Mais avant de tirer des conclusions hâtives, elles devront se défaire de leurs adversaires directes en quarts de finale : l’Entente le Chesnay Versailles 78. Le club Champion de France 2016 de NF3 sera un adversaire de taille en play-offs, après une saison couronnée par une première place du groupe E.

Concernant les autres équipes engagées dans la division, ce sera retour en région pour l’US Palaiseau (10ème de la poule E ; 7v-15d) et le promu de la saison dernière, le Tremblay Athlétique Club (10ème place de la poule G ; 7 v-15d). Les championnes régionales de la saison dernière, les joueuses de l’O Sannois Saint-Gratien, elles, réussissent à se maintenir sur le fil en décrochant un 8ème place dans la poule F (9v-13d). Pour ce qui est du Stade Français Basket et d’Aubervilliers Basket Avenir, les deux clubs finissent la saison sur un bilan équilibré de 11 victoires pour 11 défaites.