Le Génération Basket Tour fête ses 20 ans

Cette saison, la grande tournée estivale des play-grounds, organisée par la Ligue, célèbre le vingtième anniversaire de sa création. De « l’Île-de-France Basket Tour » au « Génération Basket Tour », retour sur une aventure humaine qui a fédéré toute une communauté.

« La deuxième partie de la saison a vu notre Comité Directeur prendre des décisions importantes dont voici les principales : création de l’Île-de-France Basket Tour qui verra sa première étape se dérouler cet après-midi à Ris-Orangis. L’objectif sera de mettre en place une étape par département et par saison avec 400 à 500 participants par étape. » Tels ont été les mots prononcés par Christian Auger, Président de la Ligue Ile de France de Basketball, lors de l’Assemblée Générale du 17 juin 2000. Deux décennies plus tard, il est temps pour nous de regarder dans le rétroviseur et d’essayer de comprendre comment est né ce mouvement qui a déplacé des milliers de joueurs sur les terrains extérieurs franciliens pendant près de 20 ans.

Le petit frère des Génération Basket Camps

« L’objectif de la création de l’Île-de-France Basket Tour était de faire suite aux Génération Basket Camps, de proposer des opérations d’animation et de promotion du basketball. » Comme l’explique Olivier Gombert, membre organisateur des premières heures, la volonté première lors de la création du concept était de permettre aux licenciés de continuer l’activité basket à la fermeture des clubs l’été et d’offrir la possibilité aux non-licenciés de pratiquer. Porté par le « papa » des Génération Basket Camps, Philippe Saint, et grandement inspiré par le France Basket Tour, qui sillonnait les plages de l’Hexagone à l’époque, le projet naît. Une passerelle permettant aux plus « vieux » de pouvoir, eux aussi, obtenir les mêmes possibilités que les plus jeunes avec les camps qui deviendraient, quelques années plus tard, les Centres Génération Basket.

La tournée commence donc sous les meilleurs auspices en juin 2000 dans l’Essonne, au gymnase de la Ferme du Temple de Ris-Orangis. Une première étape qui rassemblera timidement une petite cinquantaine de joueurs : les pionniers d’un circuit qui s’inscrira dans la culture du basket francilien. Un souvenir ancré par l’intermédiaire d’un ballon. « On distribuait des ballons car on estimait que le meilleur moyen de développer le basket, c’est de donner un ballon de basket. On ne peut pas jouer au basketball avec un ballon de football ou de volley. En offrant un ballon à un jeune, on avait de grandes chances qu’un jour, le ballon soit gonflé et utilisé sur les play-grounds. »

De bruit de couloir à légende urbaine

Progressivement, le mot passe de joueur en joueur, de joueuse en joueuse, le bouche à oreille fait son effet. « Les moyens de communication n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui, mais très rapidement, les pratiquants étaient au courant des étapes et on est monté à 200-300 pratiquants par étape« . La toile de l’Île-de-France Basket Tour grandit sur la région parisienne, s’implantant tournoi par tournoi dans chaque département, « On n’a pas réussi à le faire sur la première saison mais au bout de trois ou quatre ans, on a réussi à faire une étape par département.« 

Et au fil des années, l’événement s’installe comme un rendez-vous incontournable, changeant même de nom en 2003 pour devenir le Génération Basket Tour, l’objectif étant de lier la tournée aux Génération Basket Camps. D’Aulnay-sous-Bois à Cergy, de Saint-Michel à Créteil sans oublier la mythique Halle Carpentier, les affluences progressivement explosent, drainant de plus en plus de « ballers ». « Je me souviens d’une étape à Créteil en 2012 ou 2013, je ne suis plus trop sûr, où on n’a rassemblé un nombre d’équipes incroyable. On était monté jusqu’à 19 équipes féminines sur la même journée. On n’était presque 500, on 450-470, je crois. Et à Paris, on a atteint notre record avec presque 580 joueurs. » nous raconte l’actuel responsable Développement/Citoyenneté de la Ligue.

Mais au-delà de se limiter à un espace où la compétition règne en unique doctrine, le Génération Basket Tour est la promesse d’un moment de partage et de célébration. « C’était un grand moment de fête, c’est ça que ça représentait vraiment. Un moment de fête, d’échanges, de rencontres « décloisonnées », justement parce que différentes catégories, différents niveaux pouvaient se rencontrer. On n’était déjà dans le Vivre Ensemble. Aujourd’hui, on en parle beaucoup mais le Génération Basket Tour c’était ça. Toute la communauté basket pouvait participer sans discrimination. » Des amateurs aux professionnels, tous les niveaux étaient représentés sous le signe de la même passion et de la convivialité comme l’explique Lalya Sidibé : « Ça me permet de retrouver mes copines, ça fait longtemps qu’on s’est pas vu sur la saison et là au GB Tour, on se retrouve toutes, c’est une bonne ambiance, c’est cool. » Un espace sans étiquette le temps d’un week-end, divisé en trois catégories : Minos, Ados, Costos. Un fête de famille qui réunira chaque été tous les amoureux du ballon orange jusqu’à aujourd’hui.

Le virage du basketball 3X3

Avec la montée en puissance à partir de 2015 de la discipline, désormais olympique, la tournée a, petit à petit, changé de cap. Historiquement basées sur la pratique du Basket en 5 contre 5, des étapes emblématiques du circuit se transforment comme Aulnay-sous-Bois ou Créteil. Comme en témoigne Olivier Gombert, « nous sommes ré-axés sur la politique fédérale et internationale de développement du 3X3 et des étapes uniquement axées sur la nouvelle pratique sont apparues avec l’espoir d’avoir autant de monde que sur les étapes initiales. » Maisons Laffitte, Chelles ou encore Sucy-en-Brie deviennent alors des places fortes du Génération Basket Tour 3X3. De leur côté, les étapes traditionnelles s’effacent progressivement avec le temps du paysage événementiel de la Ligue, la dernière en date remontant à 2017 dans un gymnase Maryse Hilsz du XXème arrondissement de Paris plein à craquer.

Désormais, c’est le 3X3 qui perpétue l’héritage laissé par l’histoire construite sur les bitumes franciliens tous les étés depuis vingt ans. Malgré leur disparition des terrains, les souvenirs de la grande époque du Génération Basket Tour 5X5 restent dans les mémoires. Époque révolue ou pas, seul l’avenir nous le dira.