La détection en Île-de-France : comment nos entraîneurs travaillent

Détecter, découvrir, déceler, repérer… telle est la tâche ardue de nos Conseillers Techniques Sportifs et Fédéraux au sein de nos Pôles Espoirs. Michel OLIVERI, Loïc CALVEZ et Yves TEKPLI, responsables de nos deux Pôles, vous expliquent comment ils détectent les talents et les potentiels franciliens.

Les étapes de la détection en Île-de-France

La détection, au niveau régional, s’articule autour de trois catégories : U13, U14 et U15. Les deux premières catégories permettent aux CTS et CTF de repérer les joueuses et joueurs potentiels qui pourraient intégrer les Pôles Espoirs. 

« Il n’y a pas d’étape plus importante qu’une autre dans la filière de détection, chaque temps nous apporte des informations. La première étape primordiale pour nous est la catégorie U13 car nous avons la possibilité de voir les filles évoluer sur les trois Tournoi Inter-Comités. »

Yves TEKPLI, responsable adjoint du Pôle Féminin

Les sélections départementales ont un rôle crucial dans ce processus de détection. Elles permettent de voir les jeunes en situation de match et de réaliser un profilage de chacun. Nos techniciens s’appuient sur différents critères pour repérer les potentiels :

  • Les capacités physiques et athlétiques
  • « L’ entraînabilité » : capacités de progression et de travail à l’entraînement
  • Les attitudes, le rayonnement mental étant aussi important que les capacités physiques (vision de jeu, impact sur le collectif, savoir se surpasser…), des qualités qui font souvent la différence au plus haut niveau.

TALENT / POTENTIEL : les différences

En Île-de-France, la densité du nombre de joueurs et joueuses de basket ne rend pas forcément plus facile la détection. L’appui des entraîneurs de club et des Conseillers Techniques des comités départementaux est indispensable pour déceler les talents et les potentiels. Un travail d’équipe qu’il faut sans cesse alimenter, développer et améliorer afin de ne pas passer à côté de « pépites ».

Ces fameuses « pépites » peuvent se classer en deux catégories :

  • Les talents : des qualités exceptionnelles (vision de jeu, adresse, dextérité…)
  • Les potentiels : des qualités physiques et athlétiques, puis des attitudes traduisant d’une grande marge de progression (un mental dominant, un placement intéressant, une bonne écoute…)

« Il est tout aussi important que les sélections départementales soient composées de joueuses abouties qui permettent de faire gagner mais également de joueuses potentiellement intéressantes pour le haut niveau, des joueuses qui ont une grosse qualité, que des structures comme les pôles ou les centres de formation pourront optimiser avec du temps et du travail. »

Michel OLIVERI, responsable du Pôle Féminin

« Le joueur talentueux est facile à repérer, il éclabousse les rencontres par sa présence, il est présent dans l’ensemble des compartiments du jeu et a un réel impact sur la rencontre. Le joueur potentiel peut être débutant, peut être grand ou peut être petit, il n’y a pas de vérité là-dessus. Mais c’est souvent un joueur qui ne réussit pas forcément à s’exprimer pleinement, néanmoins il dispose de qualités qui pourront être développées. »

Loïc CALVEZ, responsable du Pôle Masculin

L’Île-de-France, un territoire singulier

L’abondance de choix est la particularité principale du territoire francilien. Cependant, d’autres singularités viennent compliquer le travail des techniciens :

  • Le profil des jeunes : souvent, ils ont des qualités athlétiques importantes mais une connaissance du jeu limitée ;
  • L’arrivée tardive à la pratique : la multiplicité des activités proposées en Île-de-France fait que les jeunes ne commencent pas forcément tôt le basket ;
  • Des structures familiales inégales : difficultés de déplacement pour certains, responsabilité des petits frères ou sœurs pour d’autres…

Les responsables techniques doivent constamment s’adapter à ses différentes contraintes afin d’optimiser au mieux la progression et l’accompagnement des jeunes vers le haut niveau.

« Chez les filles, ne pas avoir de basket de haut niveau en Île-de-France, fait que la majorité des joueuses n’ont pas de culture basket. Elles ont des capacités athlétiques, physiques et parfois techniques mais elles n’ont pas beaucoup de connaissance du jeu. »

Yves TEKPLI, responsable adjoint du Pôle Féminin

« La 1ère des particularités de l’Île-de-France est le nombre important de joueuses de grandes tailles tant pour les ailières que pour les intérieures. Mais leur niveau technique est tellement limité qu’il ne permet pas de faire un pronostic fiable quant à leur capacité à exploiter ce potentiel dans une structure comme le Pôle Espoirs. »

Michel OLIVERI, responsable du Pôle Féminin

Aller plus loin, améliorer

« La détection pourrait être amélioré avec la mise en place de Camp TGG sur l’ensemble de la Région, des regroupements plus nombreux sur l’ensemble de la saison afin de travailler avec les jeunes un peu plus… »

Loïc CALVEZ

« Surtout ne pas détecter plus tôt mais au contraire, laisser aux joueuses le temps de progresser, d’acquérir un niveau suffisant pour pouvoir s’exprimer de façon significative, quitte à être repérée seulement en U14. »

Michel OLIVERI

« Avoir des joueuses qui correspondent aux attentes du haut niveau : voir plus de potentielles et pas uniquement des joueuses abouties. Notre volonté doit être la même pour ces deux catégories. »

Yves TEKPLI

La Fédération Française de Basketball a mis en place le Projet de Performance Fédéral qui permet d’accompagner les jeunes élites vers le plus haut niveau et les Equipe de France. L’ensemble des informations concernant ce dispositif, regroupant toutes les structures existantes en France et tout le parcours des jeunes potentiels à partir de leur détection, est disponible sur le site Internet de la FFBB.